Grande école publique d'Ingénieurs en Informatique

La filière « Réseaux et Sécurité Informatique » de l’ISIMA

La filière F5 a évolué depuis septembre 2015, ajoutant notamment plusieurs cours liés à la sécurité. Les premiers étudiants de cette filière « réorientée » ont été diplômés en septembre 2017 et sont sur le marché du travail.

Pour présenter ces évolutions, l’Anelis a échangé avec Michel Cheminat et Christophe Tilmant, co-responsables de cette filière.

Bonjour Michel Cheminat, bonjour Christophe Tilmant, pouvez-vous nous dire quels sont vos rôles au sein de la filière 5, désormais appelée “Réseaux et Sécurité Informatique” ?

Nous sommes les co-responsables de cette filière. Être responsable signifie :

  • Orienter le contenu de la filière.
  • Réaliser les maquettes pédagogiques. Cette réalisation est dirigée par et pour la nouvelle labellisation (cf question 5).
  • Récupérer les différents intervenants extérieurs (en dernière année, 50% des intervenants viennent de l’extérieur).
  • Organiser les emplois du temps.
  • Créer, encadrer et récolter les projets de deuxième et troisième années.
  • Valider les sujets de stage pour être en adéquation avec la filière, puis les suivre.
  • Évaluer les élèves et réaliser des commissions pédagogiques.

Quel est l’objectif de cette formation, et quelles en sont les particularités ?

La F5 – Réseaux et sécurité informatique forme des ingénieurs orientés sécurité, réseaux, et développement. Il s’agit de la deuxième filière, dans laquelle les cours de développement sont les plus présents, après la filière F2 (Génie Logiciel).

La filière a récemment évolué pour se tourner vers la sécurité. Quels sont les différents changement apportés ?

Certains cours ne respectant plus les nouveaux objectifs de la filière, comme le design électronique ou encore les cours de téléphonie IP, ont été remplacés par des cours de sécurité.
C’est ainsi qu’ont été mis en place des cours sur la sécurité de l’IoT (Internet of Things), des TP sur les tests d’intrusion, des conférences sur le réseau Tor ou la blockchain, ou bien encore des projets sur les crypto-monnaies.

Que signifient les labels CyberEdu et SecNumEdu de l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) pour votre formation?

L’ISIMA a récemment reçu deux nouvelles labellisations, CyberEdu et SecNumEdu.

Ce label a été décerné le 9 novembre 2017 pour une durée de trois ans.
C’est un label pour des formations en informatique, non spécialisées en sécurité. Il s’agit d’un cours de sensibilisation à la sécurité, qui a été mis en place en première année. Toutes les filières de l’ISIMA peuvent donc utiliser ce label. Cela a aussi l’avantage de promouvoir et d’aider à l’orientation en F5. L’ISIMA a fait partie des premières formations en France à avoir ce label.

Ce label a été décerné en février 2017 pour une durée de trois ans (demande faite en octobre 2016). Il s’agit d’un label très récent, l’ISIMA était, encore une fois, l’une des première à obtenir cette labellisation. Ce label a pour objet la reconnaissance des formations spécialisés en sécurité du numérique.

Il a principalement pour vocation d’attirer les professionnels et le grand public (actuellement il n’y a que onze écoles d’ingénieur avec ce label). Par exemple, le ministère des armées vient maintenant chercher des stagiaires à l’ISIMA grâce à cette labellisation.

Avec ces changements, quels sont les nouveaux secteurs professionnels dans lesquels nous pourront retrouver des ZZ ? De nouvelles entreprises se sont-elles manifestées pour recruter ces nouveaux diplômés ?

Il n’y a pas encore de statistiques concernant ces récentes modifications. En revanche, nous avons remarqué qu’il y a une croissance d’offres de stage en sécurité. Grâce à cette nouvelle labellisation, l’ANSSI est régulièrement en contact avec l’école pour dénicher les meilleurs éléments de la filière 5. Aujourd’hui, d’anciens élèves travaillent déjà dans cet organisme. Plusieurs entreprises ont pris contact avec nous pour voir comment notre filière pouvait travailler avec elles.

Et en interne à l’école, quels impacts ont eu ces changements et cette labellisation ?

Grâce à ces modifications, la filière 5 est devenue la plus demandée avec la F2. Pour aller plus loin, c’est la filière la moins rejetée (mis en quatrième ou cinquième position dans les choix de filière). Les derniers sondages réalisés en première année, montrent que les étudiants souhaitent intégrer cette filière.
Nous avons mis en place une liste de diffusion sur la veille de sécurité, alimentée par les professeurs, par les élèves ou par les anciens. Nous recevons aussi des magazines sur le réseau et la sécurité (à la fois en version papier et numérique), que nous mettons à disposition des étudiants.

Depuis cette année, chaque filière a obtenu des budgets pour se développer. Grâce à ces nouveaux budgets, certains professeurs et nous-mêmes, avons participé à des formations autour de la sécurité. Nous formons d’autres professeurs pour qu’ils puissent venir enseigner dans cette filière, principalement avec l’ANSSI.
Nous avons aussi subventionné des déplacements des élèves pour le hackathon à Angers.

Comment voyez-vous l’avenir de la filière et quels seront les principaux changements à venir dans les prochaines années ?

Très bon. Tous les ingénieurs avec la coloration F5 peuvent obtenir un métier dans ce domaine sans problème. La filière est à jour avec les compétences requises, mais cela change rapidement, il est donc nécessaire de faire de la veille régulièrement.
Il serait par exemple envisageable de créer un cours F1/F5 sur la sécurité des objets bas niveaux. La thématique de la sécurité des systèmes industriels n’est pas encore étudiée.

Pour aller plus loin :

Haut de page